1. bouygues
  2. free mobile

L'arrivée de Free Mobile menacerait 10 000 emplois chez ses concurrents

«Selon les études d'analystes, entre 5.000 et 10.000 emplois pourraient être supprimés en brut suite à l'arrivée de Free Mobile» , a déclaré aujourd'hui Jean-Ludovic Silicani , le président du régulateur des télécoms ( Arcep ). Un chiffre qui varie en fonction des créations éventuelles d'emplois provoquées par l'arrivée de Free.

Comme l'industrie des télécoms en France emploie environ 170.000 salariés et que 3% d'entre eux partent à la retraite chaque année, 6% des employés quittent le secteur en deux ans, soit 10.200 personnes . Le président de l’Arcep a donc précisé que cette suppression pourrait se faire sans licenciements .

La polémique sur le réseau de Free et la réalité de sa couverture , les difficultés des clients à recevoir leurs cartes SIM, puis les pannes répétées , ont conduit les services d' Eric Besson , ministre de l'Industrie , et les dirigeants d' Orange , SFR et Bouygues Telecom à critiquer l'action du régulateur. L'Arcep s'est alors engagée à effectuer un nouveau test de la couverture et de la qualité du service de Free Mobile en juin . Jean-Ludovic Silicani a par ailleurs rappelé qu'il se réservait le droit de recourir à une mise en demeure anticipée de Free Mobile si ce dernier n'engageait pas les efforts suffisants pour atteindre les objectifs de couverture de 60% de la population qui lui ont été fixés pour 2015 .

Conférence de presse de l'Arcep

Source : Les Echos

Partager sur Facebook